30 novembre 2012

T comme Transhumanisme

  Transhumanisme (et) Transhumanisme technoprogressiste (introduisant la notion de « société+ »)   Mouvement culturel et intellectuel philosophique matérialiste, fondé sur la saisie phénoménologique (Husserl) et pragmatique (Hume et Berkeley) de la réalité, → considérant que les souffrances dues aux maladies, aux accidents et au vieillissement, loin d'être inéluctables, méritent d'être abolies, dans une orientation spinoziste et nietzschéenne de la prise en main, libre, par chaque individu, de sa propre... [Lire la suite]
Posté par pierregautier75 à 15:20 - Commentaires [18] - Permalien [#]
20 novembre 2012

T comme Transsexualisme (un avatar de l'individualisme)

  Le mot, et la réalité qu’il représente, ont à peine quelques dizaines d’années, et sont restés cachés dans le jargon de quelques spécialistes, interrogés comme experts en demandes étranges*. L’irruption récente, sans histoire, de l’idée et de la demande conséquente adressée à la société permet d’affirmer qu’elles ne s’enracinent pas dans une nature particulière de l’être humain, mais dans le bouleversement du rapport entre l’individu et la société qui l’environne. Le sujet a des droits sur elle, et « elle » a des... [Lire la suite]
Posté par pierregautier75 à 15:49 - Commentaires [21] - Permalien [#]
15 novembre 2012

T comme Transgénèse

  Définitions L’ADN est le support chimique du patrimoine génétique (génome). Pour rester simple, un gène se définit comme un segment d’ADN qui, dans la plupart des cas, dicte à la cellule vivante comment fabriquer une protéine. Les protéines sont souvent, mais pas exclusivement, des enzymes, c’est-à-dire des catalyseurs (facilitateurs) des réactions de la chimie du vivant. Le terme « transgénèse » désigne des techniques de laboratoire qui permettent d’insérer (une greffe d’ADN, en quelque sorte) un gène dans... [Lire la suite]
Posté par pierregautier75 à 10:22 - Commentaires [23] - Permalien [#]
08 novembre 2012

T comme Travailler (seul moyen pour être reconnu socialement?)

Dans les sociétés modernes, le travail est un, sinon même le, critère essentiel de la reconnaissance sociale. Il remplace dans cette fonction le sang, la force, le sexe, l’âge et autres facteurs. C’est en effet par son travail que chaque individu est censé contribuer au bien des autres, et mériter leur reconnaissance. C’est ainsi que l’entrée des femmes sur le marché du travail a habitué la société à les évaluer de plus en plus sur leurs apports et de moins en moins sur des préjugés sexistes. Je précise que ce n’est pas le travail en... [Lire la suite]
Posté par pierregautier75 à 15:22 - Commentaires [4] - Permalien [#]
24 octobre 2012

T comme Travailleurs (sociétés de)

  C'est en devenant, pour le meilleur et pour le pire, des sociétés de travailleurs, que nos sociétés ont, pour une grande part, accédé aux progrès matériels que l'on sait. Le changement se produisit à partir du 18e siècle et signifia principalement trois choses: 1- une nouvelle évaluation des activités laborieuses. Le travail qui, depuis des millénaires (depuis toujours?) avait été considéré comme une activité dégradante, indigne d'hommes libres (Descartes se vantait encore au  17e siècle de ne pas avoir besoin de... [Lire la suite]
Posté par pierregautier75 à 20:49 - Commentaires [7] - Permalien [#]
16 octobre 2012

T comme (Très brève histoire du) Travail

A l’heure où la « valeur travail » inspire les campagnes présidentielles  contemporaines, où la gauche et la droite s’accordent à promouvoir sa réhabilitation, qu’en est-il du travail et de son sens dans nos sociétés modernes ? Et si le travail avait toujours été synomyme de souffrance ? Et si le salariat n’avait pas vraiment contribué à affranchir l’esclave ? Regardons le mot « travail ». Il paraît être aux antipodes du bonheur ou de la réalisation de soi. Il vient du bas latin tripalium, machine à... [Lire la suite]
Posté par pierregautier75 à 20:20 - Commentaires [7] - Permalien [#]
10 octobre 2012

T comme Tabou (et filiation)

Les tabous sont des interdits absolument impératifs et catégoriques qui viennent souvent d’on ne sait ni où ni quand, qui fonctionnent par leur intériorisation, comme un sur-Moi, et qui semblent être des garde-fous de toute civilisation. Si on en croit Claude Lévi-Strauss, toute civilisation exige l’existence d’interdits de cette nature. Il ajoutait que la prohibition de l’inceste était LE tabou absolument universel qui fait passer de la nature à la culture Mais on peut considérer au contraire que la nécessité de tabous n’implique... [Lire la suite]
Posté par pierregautier75 à 11:11 - Commentaires [34] - Permalien [#]
20 juin 2012

S comme Socialisme

  Notre réflexion et nos discussions politiques reposent beaucoup sur le présupposé selon lequel nos sociétés modernes seraient (qu’on s’en réjouisse ou qu’on le déplore) des sociétés libérales. Mais est-ce le cas ? Est-ce encore le cas ?   Le libéralisme ne rejette pas l’existence de l’Etat mais considère que sa sphère de compétence  et d’intervention doit être strictement circonscrite à l’accomplissement de ses missions régaliennes (assurer la sécurité extérieure et intérieure, définir le droit et rendre... [Lire la suite]
Posté par pierregautier75 à 12:38 - Commentaires [12] - Permalien [#]
13 juin 2012

S comme Science(s) en société(s)

  Le développement scientifique (préférons ce mot à celui de progrès, trop chargé d’une valeur problématique) est désormais étroitement lié aux problèmes de l’humanité (famines, guerres, maladies). Il peut aussi bien contribuer à leur solution qu’à leur aggravation (armements atomiques, pollution industrielles, etc.).  Mais afin de maîtriser ce développement, il convient de prendre la pleine mesure des mutations de l’activité scientifique au cours des dernières décennies. Faute d’en saisir l’ampleur et l’intensité, le... [Lire la suite]
Posté par pierregautier75 à 18:43 - Commentaires [8] - Permalien [#]
30 mai 2012

S. comme Spontanéité démocratique...

Dans les démocraties modernes, tout pouvoir procède du peuple, mais le peuple ne se gouverne pas : il élit des représentants et des responsables auxquels il délègue une part de ses pouvoirs. Dans une certaine mesure, il entre une part extensible de dépossession dans cette délégation, quels que soient les moyens dont les électeurs disposent pour savoir, pour contrôler et pour sanctionner leurs mandataires. Certains estiment même que les institutions établies par le peuple le privent, par définition, de sa spontanéité et de son... [Lire la suite]
Posté par pierregautier75 à 18:49 - Commentaires [4] - Permalien [#]