C’est à l’invitation de Pierre Gautier que je vais développer ce qui n’est devenu pour moi qu’une commodité de représentation de l’être humain,  un T majuscule.

La barre verticale de la lettre représente le corps, difficile à prendre en compte dès qu’on parle de l’homme social, de ses droits, à faire valoir, et de ses devoirs envers les autres, envers sa société. Pourtant, le corps de chaque individu prend sa part dans sa vie sociale, dans  tous ses aspects.

À ce corps, individuel et mortel, j’applique la description élaborée par le biologiste Henri Atlan pour l’ensemble du monde vivant : les niveaux d’organisation. Qui partent du « moléculaire », continuent par le « cellulaire », le « tissulaire », l’ »organique », et enfin le « systémique », qui rassemble des organes différents en vue d’une fonction unique : système circulatoire, respiratoire, digestif, les mieux connus par le public. Le système nerveux, avec son organe principal, le cerveau, est chargé du traitement de l’information et de la commande des comportements appropriés. Ce que remarque  Henri Atlan, c’est que le bon fonctionnement d’un niveau dépend de la même qualité du précédent.

Le cerveau, particulièrement développé chez l’homme, a permis l’apparition d’un niveau d’organisation spécifique, celui de l’aptitude à la parole, à la constitution d’un langage, au profit du groupe, permettant la transmission verbale des informations, des expériences qui les ont fournies, des actions collectives propres à y réagir ensemble. Ces ensembles d’expériences, de connaissances acquises, des modes de réaction appropriés, sont décrits par des mots et des phrases, formant un sens accessible à tous les membres du groupe. Chaque membre du groupe enregistre dans sa mémoire individuelle une partie d’importance variable de l’ensemble de ces savoirs. La mobilisation d’un de ces savoirs pour répondre à un besoin spécifique nécessite le rassemblement de mémorisations partielles, sous la forme d’échanges verbaux. Cette répartition diffuse de la mémoire**, faisant des savoirs cumulés et du langage, qui rend possible leur mise à disposition rapide, est un bien commun, insensible à la défaillance d’un ou de quelques individus, un niveau d’organisation extra-corporel, immatériel, immortel.  

Ce niveau constitue la barre horizontale du T, participation individuelle à la mémorisation et à la retransmission des savoirs. Les propriétés de cette lettre permettent de visualiser l’ensemble formé par les individus, les reliant les uns aux autres par une langue et une culture : TTTTTT.

L’ajout d’une deuxième dimension dessine un réseau, représentant la réalité. Ce réseau a comme limites le nombre de parties prenantes à sa composition.

 

Yves Leclercq, Psychiatre, Psychanalyste

 

*L’homme moderne en question n’est pas tout à fait celui qui fait l’objet, indirect, de l’abécédaire. C’est celui des préhistoriens, qui a progressivement remplacé un humain plus archaïque, l’homme de Néanderthal. Mais c’est notre prototype. Notre corps n’a pas changé, l’évolution « darwinienne » est plus lente que l’accumulation des savoirs.

 ** Quel a été l’avantage, pour l’homme, de cette aptitude à nommer, et à répartir les nominations, et les descriptions, sous forme d’une mémoire globale mais virtuelle en tant qu’ensemble, ne pouvant être possédée par un seul, même le plus instruit de tous ? Je ne peux m’empêcher de comparer cette disposition collective à cette invention récente de l’informatique,  le « cloud computing», plaçant la mémoire d’une collectivité, comme une entreprise en , ou un service de l’État, dans divers disques durs répartis en plusieurs sites de ce qu’on appelle la « toile », ou « internet », permettant de la mettre en sécurité, en ne facilitant pas son accès une seule fois. Que ce soit dans de multiples cerveaux, ou dans ces mémoires artificielles que sont les livres, et maintenant, les disques durs, la collecte n’a pas de limites, et participe, d’une part, à l’expansion infinie du savoir humain, d’autre part, à diminuer sa vulnérabilité, du fait de la mort d’hommes, ou de destructions de supports.