Transhumanisme (et) Transhumanisme technoprogressiste (introduisant la notion de « société+ »)

 

Mouvement culturel et intellectuel philosophique matérialiste, fondé sur la saisie phénoménologique (Husserl) et pragmatique (Hume et Berkeley) de la réalité,

→ considérant que les souffrances dues aux maladies, aux accidents et au vieillissement, loin d'être inéluctables, méritent d'être abolies, dans une orientation spinoziste et nietzschéenne de la prise en main, libre, par chaque individu, de sa propre existence,

→ le transhumanisme prône le développement des sciences et plus spécifiquement des technosciences, afin d'améliorer la condition humaine en améliorant l'être humain, depuis chaque humain souhaitant personnellement s'améliorer.

Tandis que le posthumanisme propose un « posthumain » qui serait autre que nous, le transhumanisme, qui reprend aux Lumières une philosophie du respect de l'étant dans l'existant (notion lévinassienne), est un humanisme de transition, de transformation et de transcendance proposant le « transhumain », entendons un être humain :

→ augmenté, car enrichi de prothèses, notamment de semi-implants (lui rendant l'audition, la vision..., l'usage d'un membre...), voire de molécules (lui conservant la mémoire, voire la mémorisation...) ;

→ amélioré, parce que prenant conscience, « digérant » lui-même ses « augmentations » jusqu'à les intégrer à un organisme corporel (et à un cerveau) capable des les assimiler, de les contrôler, de les accepter comme siennes ;

→ et par la suite, même, évolué puisqu'un jour capable, par les avancées considérables attendues de la neurobiologie et de la biochimie (découvertes attendues dans le domaine de l'enzymatique) de prendre le contrôle de sa réalité biologique (génétique et épigénétique de l'enzymatique de l'ADN mitochondrial, pour illustration).


Ainsi,

via les nanotechnologies, les biotechnologies, les technologies de l'informatique, celles liées aux neurosciences cognitives et autres technologies dites « émergentes » telles que la robotique et l'intelligence artificielle,

→ visant l'apparition d'un être humain restant humainement humain (quoiqu'il puisse quitter peut-être son aspect sapiens pour d'autres aspects plus évolués),

→ le transhumanisme invite chacun d'entre nous à rester jeune longtemps et en bonne santé en se dotant de tous les instruments technoscientifiques lui assurant de vivre dans des conditions moins pénibles (prothèses diverses pour les handicapés moteurs ou/et sensoriels, notamment).

Initialement, le transhumanisme fut le fait d'individus baignant dans l’atmosphère libertaire-libérale de la Californie des années 70. Ils voulaient libérer le corps, repousser toutes les limites de l’humain, défier notamment les affres de la maladie, de l'accident et du vieillissement.

Puis vint, au tournant des années 2000, une diversification du fait de laquelle il existe aujourd'hui des transhumanismes : certains ont montré une nette orientation égoïste de leur volonté de transformation, là où d'autres ont opté pour une orientation altruiste, généreuse, souhaitant que les progrès technoscientifiques servent non pas l'intérêt de quelques-uns, mais ceux de tous les êtres humains, en considérant que nous tendons vers une troisième révolution industrielle permettant d'énoncer qu'« alors que le Rêve américain met en valeur la croissance économique sans limites, l'enrichissement personnel et l'individualisme, le Rêve européen se concentre davantage sur le développement soutenable, la qualité de vie et le soin à la communauté (Jeremy Rifkin, Le Rêve européen) » et par conséquent d'énoncer, en conclusion, que les valeurs du « rêve américain » ne sont plus conformes aux besoins des êtres humains du vingt-et-unième siècle tandis que les valeurs du « rêve européen » sont plus que conformes, elles sont porteuses d'une orientation saine – car non pas destructrice mais durablement et globalement constructrice – de toute l'humanité depuis le vingt-et-unième siècle.

De cette orientation démocratique qui a pris un temps (2002) les commandes du mouvement transhumaniste international est née (en 2007) l'association française transhumaniste Technoprog ! qui est qualifiée par certains de francophone, puisqu'elle réunit des membres de plusieurs pays européens (Suisse, Belgique, Italie, Grande Bretagne...) se regroupant régulièrement en parlant la langue de Molière, et adhérant à l'idée spécifique – marquant ici une spécificité non pas tant française qu'européenne – d'un progressisme technoscientifique et, par conséquent, d'une technoscience qui sera au service de l'ensemble de l'humanité, comme le souhaita jadis le philosophe Francis Bacon dans sa Nouvelle Atlantide.

En effet, les tenants du transhumanisme technoprogressiste (membres de l'Association Française Transhumaniste : Technoprog !) sollicitent un large débat démocratique interpellant la société civile afin qu'elle se saisisse des questions qu'ose poser le transhumanisme : le droit de chaque individu à décider pour soi-même

→ soit de dépérir selon la mode en cours à notre époque, soit de vivre dignement en s'autorisant à ralentir son vieillissement (biogérontologie) ;

→ soit de survivre handicapé, soit de vivre dignement en pouvant se doter de prothèses et autres semi-implants ;

→ soit de survivre avec des souffrances physiologiques atroces (acouphènes d'origine maxillaire, par exemple, et, plus globalement, suites fâcheuses d'interventions chirurgicales diverses... ratées, et autres drames semblables), soit de vivre dignement, suite à la libéralisation – sous contrôle médical – de molécules que la biologie de synthèse pourra développer puis rendre, depuis les progrès de l'épigénétique, d'exogènes, endogènes (selon l'exemple du film Limitless) au cours du vingt-et-unième siècle.

 

Daniel-Philippe de Sudres (chercheur en sciences cognitives expérimentales)

 

Note - Propositions techno-progressistes :

Le projet de société soutenu par l'Association Française Transhumaniste vise, dans un souci de respect de la justice sociale :

→ le droit – financièrement accessible – à chacun(e) d'accéder aux technologies améliorant son humaine condition (Internet, pour commencer) ;

→ une éducation et une formation tout au long de la vie mettant l'accent sur les disciplines scientifiques pour permettre au plus grand nombre d'entre nous de comprendre le monde dans lequel nous évoluons ;

→ une recherche scientifique – fondamentale et appliquée – financièrement favorisée notamment dans le domaine des énergies non polluantes et dans le domaine de la santé publique inhérente à l'organisation d'une société d'individus non malades, non handicapés et non séniles parce qu'aidés, de façon transhumaniste, à garder une dignité dans le fait d'avoir le droit de continuer de se savoir utiles, appréciés et reconnus ;

→ une protection législative accrue quant aux périls possibles liés aux nouvelles technologies :

1- périls dus aux tolérances abusives nécessitant que le législateur interdise les ventes d'organes et interdise de breveter le vivant, pour illustration,

2- et périls, dans le sens contraire, dus aux interdits abusifs nécessitant que le législateur autorise, par exemple, la recherche sur les cellules-souches et sur tout ce qui, à un stade embryonnaire – et donc respectueux de la dignité de l'individu – permet d'explorer, de soulager (quant à toutes les formes de la souffrance) et d'améliorer le vivant ;

→ une responsabilisation des médias dans la transmission de l'Histoire non plus orientée vers la surconsommation, mais vers l'amélioration, voire l'évolution humaine ;

→ une économie de marché assurant le plein emploi et des institutions à créer, puisqu'elles n'existent pas encore, permettant une telle économie anti-précarisation, garantissant l'emploi à tous et à toutes et, par conséquent, permettant à tous et à toutes d'avoir accès à la libre pensée de se penser soi-même sur le long terme, et donc de pouvoir librement décider – et non plus subir – de vivre en vieillissant en accéléré, ou bien en ralentissant son vieillissement, tel que le propose le projet trans... humaniste.

(DP de S)

 

 Références :

Technoprog est une association accessible depuis : http://www.transhumanistes.com/

http://forum.transhumanistes.com/

http://horizon2050.fr/2012/09/03/le-transhumanisme-en-france-avec-david-latapie-de-laft-technoprog/

http://horizon2050.fr/2012/09/07/lutte-contre-le-vieillissement-vertiges-et-perspectives/

http://horizon2050.fr/2012/10/19/audio-les-enfants-de-demain-rencontre-avec-daniel-philippe-de-sudres-2eme-partie/

http://www.amazon.fr/rêve-européen-substitue-lAmérique-imaginaire/dp/2213622701/ref=ntt_at_ep_dpt_5

http://www.amazon.fr/troisième-révolution-industrielle-Jeremy-Rifkin/dp/2918597473/ref=ntt_at_ep_dpt_1