On ne peut prédire l’issue d’un mouvement qui renverse l’ordre existant, et qui recouvre diverses visions de l’ordre nouveau à mettre en place.

Il n’empêche que ceux qui sont les plus actifs sur le devant de la scène de la révolte en Tunisie et en Égypte protestent contre le despotisme et l’arbitraire, contre un État-parti dirigé par un chef inamovible.

Comme les peuples de l’Europe de l’Est il y a vingt ans, ils demandent l’instauration de cette société moderne dont nous examinons et discutons les bases dans ce blog. La liberté, les droits de l’homme, la démocratie et l’État de droit.

Les jeunes manifestants réclament cette société moderne parce que leur avenir en dépend.

Quels que soient les lendemains de ce printemps arabe, l’événement nous prouve combien nous avons raison de défendre les principes et les valeurs des sociétés modernes.

.

André Sénik