30 mai 2009

M comme « Maîtres et possesseurs de la nature »* (Descartes coupable?)

Cette expression de Descartes ferait-elle de lui le penseur qui a ouvert la voie à la conquête dévastatrice de l'homme sur la nature? Replaçons Descartes dans son temps et dans son contexte. Remarquons d'abord que la citation est incomplète: dans la 6e partie du Discours de la Méthode (1637), Descartes écrit que les sciences et les techniques pourraient nous rendre « comme maîtres et possesseurs de la nature »**. Pour Descartes, le Maître de la nature reste bien Dieu dont nous tenons les « vérités éternelles » et qui ne cesse... [Lire la suite]
Posté par pierregautier75 à 10:36 - Commentaires [20] - Permalien [#]
26 mai 2009

M comme Management (et idéologie de l’évaluation)

Un excellent numéro de la revue Cités (printemps 2009) vient d’être consacré à « l’idéologie de l’évaluation ».[1] Comme beaucoup d’idéologies contemporaines, celle-ci est redoutable parce qu’elle est transparente, elle se présente non comme un choix de valeurs mais comme le bon sens et la rationalité mêmes. Une des formules favorites des idéologues d’aujourd’hui est : « qui peut être contre… ? » Qui peut être contre la « culture du résultat », qui peut être contre l’évaluation des effets d’une politique, d’un enseignement... [Lire la suite]
Posté par pierregautier75 à 20:00 - Commentaires [7] - Permalien [#]
21 mai 2009

M comme Ménécée (lettre d'Epicure à son ami).

                           Un texte ancien, pour affronter le futur. Pour la première fois dans l'histoire de l'humanité, celle-ci est capable d'actions dont les effets dangereux sont de dimension cosmique : effet de serre, atteinte à la couche d'ozone, pluies acides, déforestation tropicale, stockage de déchets nucléaires, menace de disparition de maintes espèces vivantes... La croissance... [Lire la suite]
Posté par pierregautier75 à 06:28 - Commentaires [15] - Permalien [#]
13 mai 2009

M comme Métamorphose... de la métamorphose (Kafka)

La pensée moderne résiste à la métamorphose. Son caractère magique est un défi à la raison. Ses origines divines, son aspect merveilleux, le lien qu'elle conserve avec la mythologie, la réservent au cadre du conte et de la poésie. Dans la réalité, il n'y a pas, croit-on, de « métamorphose », mais des causes qui s'enchaînent. Des transformations, oui. Quand celles-ci sont brutales, quand les causes nous restent inaperçues, la raison forge des concepts limites: on parle d' « effet de seuil », de « saut qualitatif », d'évolution «... [Lire la suite]
Posté par pierregautier75 à 19:18 - Commentaires [16] - Permalien [#]
08 mai 2009

M comme Marché (régulateur ou à réguler) (fin)

II  « Pour ou contre le marché ? » Tous les économistes vont désormais, peu ou prou, se positionner par rapport à cette question centrale du marché et du libéralisme économique. En simplifiant trois positions sont possibles: La première voit dans le marché l’alpha et l’oméga de l’économie, le régulateur suprême qui permet l’allocation optimale des ressources rares grâce aux prix qui orientent producteurs et consommateurs de biens et services marchands. La seconde, ne... [Lire la suite]
Posté par pierregautier75 à 05:02 - Commentaires [12] - Permalien [#]
05 mai 2009

M comme Marché (régulateur ou à réguler)

I  Une brève histoire du marché « Les symptômes qui précèdent les crises sont les signes d’une grande prospérité ; nous signalerons les entreprises et les spéculations en tout genre ; la hausse des prix de tous les produits, des terres, des maisons ; la demande des ouvriers, la hausse des salaires, la baisse de l’intérêt, la crédulité du public, qui, à la vue d’un premier succès, ne met plus rien en doute ; le goût du jeu en présence d’une hausse continue s’empare des imaginations avec le désir de devenir... [Lire la suite]
Posté par pierregautier75 à 22:06 - Commentaires [8] - Permalien [#]