20 février 2008

G comme Gauche (refonder la)

Dans la République des satisfaits JK Galbraith évoque le moment où, aux Etats-Unis, les pauvres sont devenus minoritaires. Jour heureux et inquiétant. Heureux: comment ne pas se réjouir de cette diminution de ceux qui souffrent matériellement? Mais jour inquiétant aussi puisqu'il comporte la menace pour les pauvres restants d'une exclusion redoublée.* Les pays européens, dont la France, ont, quelques années ou décennies plus tard (au cours de trente glorieuses), franchi le même cap. Si un prolétaire est un homme qui,... [Lire la suite]
Posté par pierregautier75 à 16:29 - Commentaires [20] - Permalien [#]
17 février 2008

G comme Génocide (logos et thanatos) 2/2

« Il a fallu prendre la grave décision de faire disparaître ce peuple de la terre.» Himmler, octobre 1943, discours devant des officiers supérieurs de la SS, à Poznan. Nous l’avons dit dans le billet précédent, un génocide est, contrairement au sens que le terme tend à prendre, un phénomène essentiellement qualitatif et non quantitatif. Un génocide est fondamentalement différent, par sa nature, d’un massacre de masse ; et donc, un massacre de masse, aussi massif et horrible puisse-t-il être, n’est pas... [Lire la suite]
Posté par pierregautier75 à 17:06 - Commentaires [14] - Permalien [#]
14 février 2008

G comme Génocide (mot et usage de faux) 1/2

Le mot fait frémir. Difficile de le prononcer sans voir défiler les horreurs du siècle à peine écoulé. Génocide. Selon l’étymologie expliquée par son concepteur (du mot), Raphaël Lemkin, « ce mot est formé de deux entités : genos, terme grec, d'un côté, signifiant race ou clan, et cide suffixe latin de l'autre comportant la notion de tuer. » L’alchimie est posée, du moins le semble-t-elle. Elle ne l’est cependant pas car le terme divise : il n’a pas le même sens pour le juriste, l’historien ou le citoyen. Droit,... [Lire la suite]
Posté par pierregautier75 à 17:03 - Commentaires [11] - Permalien [#]
07 février 2008

G comme Gènes (et politique)

Vassiliki-Piyi Christopoulou (historienne des idées) « L’infidélité est-elle d’origine génétique ? » se demande Robert Wright dans son célèbre ouvrage  L’Animal moral : psychologie évolutionniste et vie quotidienne (1995). La synthèse de multiples travaux de « psychologie évolutionniste », terme jugé plus politiquement correct que celui de « sociobiologie humaine » utilisé jusque là°, lui permet de répondre par l’affirmative. Après avoir déchaîné les passions outre-Atlantique, mais aussi dans notre vieille Europe, cette... [Lire la suite]
Posté par pierregautier75 à 23:10 - Commentaires [9] - Permalien [#]
07 février 2008

G comme Guerre (est-elle vraiment finie?)

1/ Yves Leclercq La lettre G est bien pauvre en mots dignes de figurer dans l’abécédaire interactif auquel ce texte est destiné. Je me suis senti « aspiré » par ce mot dont on voudrait qu’il n’ait jamais existé. Alors que ce qu’il désigne accapare notre mémoire qu’on dit collective, et parfois,  mais de moins en moins, notre mémoire individuelle. Nous continuons à nous demander, devant le spectacle que nous offre le monde, comment nous avons fait, dans nos pays, pour nous séparer de ce... [Lire la suite]
Posté par pierregautier75 à 15:16 - Commentaires [16] - Permalien [#]
04 février 2008

G comme Galanterie (française)

La galanterie française désigne une certaine aménité des rapports entre les sexes, que les visiteurs étrangers ont fréquemment remarquée, dès le XVIIe siècle et jusqu’à nos jours. Ce plaisir de vivre ensemble repose sur certains usages de civilité, qui sont superficiels et n’ont rien d’impératif : aucun homme n’est jamais tenu d’être galant. Il n’est surtout pas tenu de l’être en profondeur. il suffit que par jeu, par plaisir et par émulation, certains cherchent à le paraître pour que la galanterie existe. C’est ce dont... [Lire la suite]
Posté par pierregautier75 à 20:32 - Commentaires [5] - Permalien [#]
01 février 2008

G comme Générosité (et individualisme)

On reproche souvent aux hommes des sociétés modernes leur individualisme, c'est à dire leur souci excessif d'eux-mêmes et de leurs intérêts. A la vérité ce reproche, pour répandu qu'il soit, est-il complètement fondé? Ne repose-il pas sur une conception de la générosité qui devrait être élargie? En effet et paradoxalement, pour bien se conduire envers autrui, pour agir dans son intérêt, la priorité consiste à s'assumer matériellement soi-même, à assumer ce que l'on doit à sa famille, et aussi à s'acquitter à travers l'impôt de son... [Lire la suite]
Posté par pierregautier75 à 13:42 - Commentaires [11] - Permalien [#]