On a pu dire que le XXIème siècle sera spirituel; je le pense aussi. La période moderne a été celle de l'âme, la prochaine sera celle de l'esprit.

Notre anthropologie fondamentale est aujourd'hui dualiste : l'homme est formé d'un corps et d'une âme. Nous pensons que notre vie ne présente que deux aspects, unis certes mais distincts: un aspect physique (le corps) et un aspect psychologique (l'âme).

Cette anthropologie dualiste (dont l'origine est moderne puisqu'elle remonte à Descartes°) est celle de l'opinion commune, mais aussi celle de la culture, des philosophes, des sociologues, des anthropologues, des théologiens, des artistes. Bref le dualisme âme/corps est une évidence incontestable pour nous aujourd'hui.

Cette attention exclusive à deux dimensions de l'homme (physique et psychique) a été très importante car elle a permis de développer dans l'histoire des élements importants et nouveaux: bien-être du corps, santé, confort, individualisme, raison, autonomie de la loi morale etc... Après s'être pensé avec une référence verticale (Dieu), l'homme s'est développé dans une dimension horizontale sans référence transcendante. Mais ce dualisme a aussi occulté la dimension spirituelle de l'homme.

Car l'homme ne s'est pas toujours pensé selon ce schéma dualiste corps/âme; pendant longtemps (dans l'antiquité et encore au Moyen-âge), des penseurs, des théologiens ont décrit l'homme selon une perspective ternaire corps/âme /Esprit. La vision dualiste de l'homme est donc un produit de l'histoire récente.

Or, je pense qu'aujourd'hui nos contemporains commencent à retrouver cette vision tripartite de l'homme. Nous sommes allés au bout du processus dualiste, et nous en avons mesuré les limites. L'homme prend du plaisir à consommer certes, mais là n'est quand même pas la fin ultime de l'existence ! La vie réduite à l'ego et à l'individu apparaît à beaucoup de plus en plus comme un enfermement, comme une impasse. On peut observer dans nos sociétés occidentales (et en particulier aux Etats-Unis) une quète de sens et de spiritualité qui annonce, je le crois, une révolution, qui ne sera pas politique mais intérieure et spirituelle (il ne s'agit pas de faire advenir un autre monde mais de s'éveiller à l'esprit), . Cette révolution ou plutôt cette conversion ne sera pas un retour à l'anthropologie ternaire des Anciens qui ne connaissaient pas toute la puissance de la raison technique mais une nouvelle harmonie entre les dimension spirituelle, psychique et physique de l'homme.

Le Moyen-âge a été l'époque de l'homme vertical, tourné vers Dieu; l'époque moderne a été celle de l'homme horizontal, cherchant à développer au maximun ses possibiltés individuelles hors de la transcendance; demain sera peut-être le moment de la réconciliation de la verticalité et de l'horizontalité, d'une transcendance unie à l'immanence : l'esprit vivifiant l'âme et le corps.

José Le Roy (indianiste)

°Descartes: « Car je ne considère pas l'Esprit comme une partie de l'âme, mais comme cette âme tout entière qui pense. »